Jean-Pierre Jacob, savoyard d'origine, est le Chef du restaurant gastronomique aux deux étoiles Michelin Le Bateau Ivre au Bourget du Lac en été, et à Courchevel en hiver. Mais il est aussi marié avec une cousine de la famille, ce qui veut dire que dans ma famille, il y a un Chef étoilé :). En parlant de ma famille il y a aussi mon parrain Gilbert Walter qui est Chef, mais également mon arrière-cousin Thierry Pfohl qui est Chef à Poitiers. La cuisine, une histoire de famille ? On dirait bien :) En tout cas j'en suis très fière et je leur fais un petit coucou car je les vois très très rarement !

Ce billet est aussi pour moi l'occasion de vous parler de ma passion pour le fromage, qui est née...pratiquement en même temps que moi, hehe. A l'âge de 3 ans j'ai fait ma première indigestion...au gruyère. Cela s'est passé au baptême de ma cousine Audrey, au moment du plateau de fromage, il parait (ben oui je ne m'en souviens pas :)) que je passais de tables en tables pour demander un morceau de gruyère ! Et j'ai fini malade...quand on aime on ne compte pas hehe :)

Passion qui a failli me coûter la vie quelques années après, quand j'avais environ 10 ans, lorsqu'avec ma cousine Stéphanie, d'ailleurs aussi passionnée que moi par le fromage, on passait les vacances chez nos grands-parents à Surbourg. Un soir pendant le diner, on faisait les pitres à table (ce qui arrivait souvent:), et j'ai failli m'étouffer avec un morceaux de camembert...Heureusement que super-mémé et super-pépé étaient là pour me sauver, prêt à me secouer par les pieds au-dessus de l'évier ! Et le ptit morceaux de camembert s'en est allé :). Remarquez, aujourd'hui en secourisme il est interdit de faire ça, mais pour moi cela a marché il y a vingt ans.

Ce mauvais passage n'a pas altéré ma passion pour le fromage ! A 22 ans il m' a même valu le surnom de "Käse Mause" (traduction : fromage souris, la souris qui aime le fromage) par mes collègues quand je travaillais à Baden-Baden.

Et aujourd'hui, à 30 ans je remplace volontiers le dessert avec un plateau de fromage et un verre de vin ! Et rien qu'à penser à une tarte flambée au munster, à une raclette, une fondue savoyarde ou une tartiflette...je fond de plaisir...

Affaire à suivre...et maintenant la recette que vous trouverez sur le site de France 5, Les Escapades de Petitrenaud.

 

La Tartiflette, par Jean-Pierre Jacob

La_Tartiflette__par_Jean_Pierre_Jacob_1

Ingrédients 

- 3/4 personnes -

1 reblochon fermier, 14 pommes de terre Ratte, 1 gros oignon, 120g poitrine fumée, 20 cl crème Fleurette, 40 cl vin blanc sec, 80g beurre, sel, poivre

Préparation

Cuire les pommes de terre avec leur peau dans une casserole d'eau salée, pendant 25 minutes. Emincer finement l'oignon et le faire suer au beurre pendant 5 minutes. Ajouter ensuite le vin blanc sec et le laisser réduire.

Tailler la tranche de poitrine fumée en petits lardons. Puis les faire sauter 2 minutes dans une poêle bien chaude.

Eplucher les pommes de terre, les couper en tranches de 3 centimètres d'épaisseur et les mélanger délicatement avec l'émincé d'oignon, les lardons et la crème fleurette. Saler et poivrer. Verser cette préparation dans un plat.

Gratter la croûte du reblochon et couper le fromage dans le sens de son épaisseur de façon à obtenir deux cercles.

Déposer les moitiés de reblochon sur les pommes de terre, croûte vers le haut.

Enfourner à 180 °C pendant 10 à 15 minutes jusqu'à ce que le fromage soit bien doré.

 

Verdict : à tomber ! C'est un vrai délice...amateurs de tartiflette : foncez ! Je n'ai jamais mangé de tartiflette aussi bonne, le vin blanc apporte un parfum très subtil. A partir de maintenant je n'achète plus de lardons "préfabriqués", la poitrine fumée que l'on coupe soit même en lardon est bien meilleure; la prochaine fois que je ferai cette recette j'en rajouterai un peu plus. Et avec un peu moins de vin blanc et de beurre ça devrait être pas mal aussi. Servez avec un vin blanc de savoie, et régalez-vous !